Leave a comment

Gaspillage alimentaire : Arash Derambarsh est bien à l’origine de la loi

 

Arash Derambarsh et les bénévoles à #Courbevoie © Copyright Joel Saget - AFP.

Arash Derambarsh et des bénévoles à Courbevoie
© Copyright Joel Saget – AFP.

Enquête – Blog Le Monde – 21 juillet 2015

Arash Derambarsh, élu municipal à Courbevoie, est à l’initiative de la loi sur le gaspillage alimentaire en France, voté à l’unanimité le 21 mai dernier à l’Assemblée Nationale. Toute la presse internationale a salué son travail.

Décidé d’aller plus loin, avec de nombreux soutiens de poids (la Croix Rouge française et Action Contre la Faim), il vient de s’engager dans une campagne européenne afin d’obtenir une directive européenne dans les prochains mois. Il espère faire voter une directive européenne avant la fin de l’année.

Mais alors que ce travail de terrain a été reconnu et salué par la grande majorité de l’opinion publique, il a pourtant été récupéré par Ségolène Royal le vendredi 10 juillet 2015.

Par deux tweets (« ma proposition » et « #LoiRoyal »), la ministre a mis en colère M. Derambarsh et ses nombreux soutiens. « Elle méprise le travail de terrain de centaines de bénévoles, et cette façon de faire de la politique est une imposture », affirme Arash Derambarsh. Certains y verraient une petite maladresse ; Lui, y voit plutôt une « vraie erreur politique » et ne tarde pas à le déplorer dans les médias. Ce n’est pas faute d’avoir demandé un rendez-vous. Mais l’élu de Courbevoie n’a jamais été reçu. Ségolène Royal étant visiblement « débordée de travail et indisponible ». Toutefois, faute de ne pas avoir obtenu une rencontre avec la ministre, Arash Derambarsh a tout de même avancé dans sa quête.

Loi Macron : Amendement déposé au Sénat.

Très présente et visible sur Twitter, soutien de la première heure d’Arash Derambarsh durant sa campagne municipale à Courbevoie, Nathalie Goulet a saisi l’opportunité de la loi Macron pour y faire glisser un amendement.

Celui-ci a été voté à l’unanimité par les sénateurs le 10 avril 2015. Toutefois, il ne concernait que les supermarchés de plus de mille mètres carrés et ne prévoyait qu’une simple « faculté » de distribuer les invendus consommables. L’obligation avait donc disparu.

Qu’à cela ne tienne, Arash Derambarsh cherche une nouvelle loi pour y glisser un amendement prévoyant l’obligation.

Deux amendements similaires déposés à l’Assemblée Nationale. L’un accepté, l’autre pas.

Guillaume Garot n’est pas non plus à l’origine de cet amendement voté le 21 mai. En effet, il convient de connaitre les coulisses de cette affaire.

Par deux fois, Guillaume Garot exprime son opposition à la proposition d’Arash Derambarsh (Le JDD – 05 avril 2015 et Le Monde – 6 avril 2015).

Lorsque l’amendement a été voté au Sénat, Arash Derambarsh et le député Frédéric Lefebvre (UMP – Les Républicains) se concertent.

Il convenait d’obtenir plus qu’une simple faculté. C’est alors que la loi « transition énergétique » a pointé son nez dans les débats. L’occasion était trop belle pour la manquer. Il y avait une fenêtre de tir pour y intégrer un amendement.

C’est ainsi que le député Frédéric Lefebvre décide alors de déposer à l’Assemblée Nationale l’amendement « Arash Derambarsh », fondé sur sa pétition. Il le dépose en premier (Amendement 700).

Ayant appris cela, le député socialiste Guillaume Garot s’empressa de déposer aussi un amendement identique (amendement 922) une heure et demie après celui du député UMP (Républicains aujourd’hui).

Le groupe socialiste étant majoritaire à l’Assemblée Nationale, il était dès lors aisé d’écarter l’amendement de Frédéric Lefebvre au profit de l’amendement Garot, et de faire croire qu’il en était à l’origine. Ceci afin d’obtenir une couverture médiatique et un gain politique. Qu’importe d’ailleurs la conviction personnelle et l’opposition permanente à la proposition d’Arash Derambarsh (JDD et Le Monde).

Guillaume Garot n’était pas à son premier coup d’essai. Rappelons que le député Jean-Pierre Decool (UMP – Les Républicains) avait déposé une proposition de loi pour lutter contre le gaspillage alimentaire, le 19 décembre 2014. Cette dernière avait finalement fait l’objet d’une « motion de renvoi » en commission. Monsieur Garot souhaitait coûte que coûte donner son nom à la loi.

Mais la persévérance et la force de frappe inouïe d’Arash Derambarsh ont imposé à l’ancien ministre délégué à l’agroalimentaire de se ranger sur sa proposition fondée sur la pétition de Change.org.

En effet, de nombreux ténors du PS ont demandé à M. Garrot de soutenir cette proposition (en exclusivité la lettre de Jack Lang à Guillaume Garot) ou encore les députés Alexis Bachelay et Pouria Amirshahi. Enfin et surtout, il y a eu le soutien de l’Elysée. Ainsi, le chef de cabinet adjoint, Christophe Pierrel et Philippe Vinçon (conseiller agriculture du Président de la République) ont reçu Arash Derambarsh et sa délégation, le 5 mai 2015, en présence de Guillaume Garot.

 

 

Après la France, l’Europe !

Arash Derambarsh, accompagné de bénévoles de Courbevoie, a été reçu le 11 juin à l’Elysée par Patrice Biancone (conseiller ONG et associations auprès du Président François Hollande) avec la direction des ONG de « la Croix Rouge Française » et « d’Action Contre la Faim ». L’élu municipal a reçu un soutien de la Présidence de la République afin d’étendre la législation Française dans l’Union Européenne.

Celui-ci souhaite appliquer le traité de Lisbonne en invoquant l’initiative citoyenne européenne (ICE). Créé par le traité de Lisbonne en 2007, l’Initiative Citoyenne Européenne permet à chaque citoyen de participer à l’élaboration de la législation européenne. Le texte doit recueillir un million de signatures dans un quart des pays de l’Union Européenne, avec un seuil minimum pour chaque pays.

La pétition d’Arash Derambarsh est co-lancée avec Nicole Fontaine et Mathieu Kassovitz (France), Daniele Messina (Italie), Frédéric Daerden (Belgique), Nikos Aliagas (Grèce), Manuel Bruscas (Espagne), Tristram Stuart (Royaume-Uni), Claudia Ruthner (Allemagne).

En trois semaines, la pétition a dépassé les 610 000 signatures. Un record absolu en France.

Coup de théâtre européen !

Ce fameux 19 décembre 2014, lorsqu’il a commencé à distribuer des invendus consommables dans le centre commercial de Charras à Courbevoie, avec l’accord du supermarché Carrefour Market, peu de ceux qui ont pu en bénéficier pouvait alors penser que derrière le sourire généreux de ce trentenaire hyperactif, Arash Derambarsh souhaitait que cela devienne la règle au niveau hexagonal puis au niveau européen. Huit mois plus tard, son obstination commence à payer.

Ainsi, dès lors que l’amendement interdisant aux grandes surfaces de de ne plus jeter leurs invendus alimentaires et/ou de les détruire mais de les fournir à toutes associations qui en feraient la demande, l’élu courbevoisien se tourne sans plus attendre vers le droit communautaire. Et cela sans même attendre que les décrets d’application soient publiés au Journal Officiel en France.

En concertation avec la députée européenne Angélique Delahaye, l’amendement est adopté par le parlement européen le 9 juillet.

« Pour rendre applicable tout ça sur le continent, il faut maintenant que ça soit validé par la Commission Européenne et j’espère que ce sera fait avant la fin de cette année« , espère le dynamique conseiller municipal.

Plus discret sur la suite de son travail, à peine reconnait-il, à demi-mot, qu’il va rencontrer « de nombreuses personnalités » d’ici à la fin de l’année. Alain Juppé vient d’ailleurs récemment de lui apporter son soutien.

Il y a fort à parier qu’Arash Derambarsh ne manquera pas d’énergie pour que l’agenda qu’il a en tête, se concrétise dans les faits, dans le second semestre 2015 et que son projet soit applicable dès 2016 dans toute l’Europe.

Rendre à César ce qui appartient à César.

D’un travail de terrain à Courbevoie, jusqu’au parlement européen, Arash Derambarsh aura été le « Robin des Bois français » de 2015, comme l’a titré fort justement l’AFP dans un portrait le concernant.

L’élu de Courbevoie a réussi l’exploit de devenir « la figure internationale du gaspillage alimentaire » en seulement quelques mois. Et de faire bouger les lignes de notre pays au profit des démunis.

———–

Mise à jour

Vidéo AFP TV (David Cantiniaux) – « La méthode Arash Derambarsh »

Le Parlement a définitivement adopté à l’unanimité, le 9 décembre à l’Assemblée Nationale, puis le mercredi 3 février au Sénat, une série de mesures de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Le conseiller municipal de Courbevoie, Arash Derambarsh, initiateur et la loi et d’une pétition signée aujourd’hui par plus de 770.000 soutiens, était dans les tribunes. Depuis un an, il travaille d’arrache-pied pour influer sur le sort des invendus des supermarchés.

Dans Le Huffington Post, il explique l’histoire de ce combat dans une tribune intitulée « Pourquoi nous devions faire plier la grande distribution sur le gaspillage alimentaire ».

Manifeste contre le gaspillage d’Arash Derambarsh (droits intégralement reversés à la Croix Rouge française) a été présenté dans les médias suivants :

– Lire  l’article « Arash Derambarsh : nous avons éveillé les consciences ! » : Le Dauphiné Libéré (7 juin 2015)

– Lire l’article « Aux lecteurs du Manifeste contre le Gaspillage Alimentaire d’Arash Derambarsh » : La Saga des Audacieux (25 octobre 2015)

– Lire l’article « Manifeste contre le gaspillage», plaidoyer pour une France sans faim » : RFI (1 novembre 2015)

– Lire l’article « Arash Derambarsh, l’indigné du gaspillage » : Le Parisien(1 novembre)

– Lire l’article « Gaspillage alimentaire: les solutions d’Arash Derambarsh » : Magazine Avantages (4 novembre 2015)

– Lire « Arash Derambarsh, l’acharné antigaspillage » : Le Figaro (13 novembre 2015)

– Lire l’article « Arash Derambarsh : un élu en lutte contre le gaspillage alimentaire » : BSC News (23 novembre 2015)

– Lire « Arash Derambarsh lauréat du Prix Edgar Faure du meilleur livre politique politique » : AFP (24 novembre 2015)

– Interview « Les 4 vérités » sur France 2 (31 décembre 2015)

– L’Yonne Républicaine a publié un article sur son intervention à la mairie de Sens (5 février 2016) : Yonne Républicaine

– Lire « Arash Derambarsh, la faim justifie les moyens » : Nice Matin et Var Matin(20 mars 2016)

– Lire l’article « Arash Derambarsh en guerre contre le gaspillage » : Paris Match (6 avril 2016)

– Interview sur I 24 News (3 mai 2016)

– Lire l’article « Arash Derambarsh à Nancy : Pour une loi européenne anti gaspi » : L’Est Républicain (30 mai 2016)

Publié le 25 octobre 2016 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Arash Derambarsh, Non classé

Tag(s) associé(s) : ,

Quand Marie Turcan et Francois-Luc Doyez (Les Inrocks et Libération) se discréditent sur Arash Derambarsh   Leave a comment

Quand les Inrocks et Libération se discréditent sur Arash Derambarsh (vu sur les médias « Mediaterranée » et « MamAfrika Tv« )


Arash Derambarsh (photo Joel Saget – AFP)





Rarement un article de presse aura été si à charge et si malveillant à l’égard d’une personnalité publique. En lisant cet article subjectif signé par Marie Turcan et Francois-Luc Doyez, il semble évident que la déontologie de notre métier de journaliste n’a pas été respectée. Et pire, cet article des Inrockuptibles daté du 8 avril 2016 et décliné par Libération, participe à une opération de diffamation à l’encontre d’Arash Derambarsh.


 

Or, il s’avère que j’ai moi-même réalisé une enquête sur Arash Derambarsh mais avec des méthodes différentes : objective, à charge et à décharge comme tout bon journaliste sérieux. Que reproche-t-on au fond à Arash Derambarsh, conseiller municipal de Courbevoie, directeur de collection au Cherche Midi, Docteur en droit et élève avocat à l’EFB ? Il lui est reproché sa personnalité singulière, son parcours inédit et sa faculté à sensibiliser et mobiliser.

Une personnalité singulière

Marie Turcan et Francois-Luc Doyez ont tenu à faire une « enquête » sur Arash Derambarsh afin de discréditer l’élu qui a porté sur le devant de la scène le combat contre le gaspillage suite à un travail sérieux sur le terrain comme le prouve cette video de l’Agence France Presse :
 
L’un des auteurs, François-Luc Doyez, ne rencontrera d’ailleurs jamais Arash Derambarsh. Nous relevons ainsi un mensonge lorsqu’ils affirment qu’Arash Derambarsh aurait tenu les propos suivants : « Vous êtes une bras cassée (…) Je peux la cramer en moins de deux, ta collègue ».
 
J’ai assisté à la scène, avec une autre personne, Leili qui confirme cette version : nous étions à table avec les deux journalistes (David Doucet et Marie Turcan) lors de l’interview au café et s’il est vrai qu’Arash Derambarsh a dit que « c’était des méthodes de bras cassés », il ne visait en aucun cas les personnes mais la méthode de l’enquête même. Il n’a jamais menacé quelqu’un à table. Affirmer ceci est un mensonge.
 
Propos mensonger encore lorsque les journalistes des Inrocks affirment qu’Arash Derambarsh aurait « contacté une bonne partie de la hiérarchie des Inrockuptibles pour faire part de son mécontentement ».
Dans les faits, Marie Turcan était accompagnée de David Doucet (rédacteur en chef) lors de cette réunion publique. Arash Derambarsh a contacté uniquement Pierre Siankowski, directeur de la rédaction des Inrockuptibles pour lui demander pourquoi ses deux journalistes enquêtaient sur lui depuis de si longues semaines sans prendre contact avec l’intéressé même.
En effet, la rédaction tenait depuis plusieurs mois à présenter une enquête à charge contre Arash Derambarsh pour le discréditer. Pierre Siankowski m’en avait fait part personnellement et cela m’avait étonnée.
L’angle de cet article était donc bel et bien décidé d’emblée : interroger la légitimité de la personne d’Arash Derambarsh pour le discréditer.

Un combat qui dépasse le clivage droite/gauche

Les journalistes lui reprochent une « omniprésence médiatique », ce qui est un comble, alors même qu’une courbe présentée dans cet article met en avant son pic de médiatisation à la suite de l’émission « On n’est pas couché ». Le reste du temps, il est présenté comme médiatiquement inexistant.
Pourtant, Arash derambarsh est inscrit dans un agenda politique et médiatique. En effet, son combat et son action ont été retranscrits dans un livre publié en novembre aux éditions Fayard : « Manifeste contre le gaspillage ».
Ce livre a remporté le prix du meilleur livre politique de l’année (Prix Edgar Faure) par un jury politique de tous bords. Les droits d’auteur vont intégralement à la Croix Rouge française. Et les présidents de la Croix Rouge française et d’Action contre la faim vantent le travail formidable d’Arash Derambarsh. Mais aucun mot sur ceci.
Marie Turcan et Francois-Luc Doyez ne reviennent quasiment pas sur son action sur le gaspillage alimentaire.
Oui, il a été à l’origine de la loi empêchant les supermarchés de jeter de la nourriture. Oui, le député socialiste Guillaume Garot était contre au départ. Il le dit d’ailleurs dans le JDD et Le Monde.
Sans l’action d’Arash Derambarsh et sa mobilisation incessante, il n’y aurait jamais eu de loi empêchant les supermarchés de jeter les invendus alimentaires à ce jour.
Par ailleurs, Marie Turcan et Francois-Luc Doyez citent quelques associations souvent politisées comme DiscoSoupe qui étaient contre l’initiative d’Arash. Précisons que ces associations félicitent le député socialiste Guillaume Garot au moment du vote de la loi.

Un engagement associatif et citoyen

Il est regrettable de constater dans le papier des « Inrocks », l’absence de témoignage d’associations qui soutiennent Arash Derambarsh comme la Croix Rouge française, One France (fondée par le chanteur Bono), Action contre la faim ou encore les Gueules cassées.

Les journalistes affirment qu’Arash Derambarsh n’a jamais fait de maraudes, mais lorsqu’on interroge Antoine Boutonnet de la Croix Rouge, c’est une toute autre version : « Arash Derambarsh a très souvent aidé nos bénévoles, jusqu’à très tard ». Et que dit Jean-Claude des Restos du Coeur : « c’est un bénévole discret et humble ». Même son de cloche chez Christine du Secours Catholique : « il m’a souvent parlé du gaspillage alimentaire et je savais depuis longtemps que c’était sa préoccupation ».Au-delà des mots, notons simplement qu’Arash Derambarsh a été bénévole durant de longues années pour de nombreuses associations dont les Restos du Coeur.

Les journalistes lui reprochent de ne pas avoir médiatisé son action. Mais il lui reproche son « omniprésence médiatique » quand il le fait savoir en tant que conseiller municipal. Contradiction.
Le journalistes affirment également que ce sont des « People » qui ont médiatisé ses maraudes. Mais en enquêtant, aucun des bénévoles présents n’a eu un sentiment de récupération. Tous ceux que j’ai interviewé m’ont affirmé qu’Arash Derambarsh se démenait avec énergie et honnêteté comme Catherine, Sylvie, Anita ou encore Alexandre. Il y avait chaque soir plus de 20 bénévoles, à chaque distribution d’invendus.

Un combat de terrain

Il convient de dire qu’Arash Derambarsh a eu deux refus de distribution (Monoprix et Franprix) et qu’il a convaincu le Carrefour Market de son centre commercial de donner les invendus consommables.
Carrefour Market n’a autorisé cette distribution que deux mois en raison de la réglementation. Et c’est pour cette raison qu’Arash Derambarsh s’est battu : permettre à n’importe quelle association de récupérer les invendus, afin d’aider les démunis.
Les journalistes lui reprochent d’être avec des personnalités. Il y a déjà certaines erreurs puisque « Phil Collins » n’a jamais été photographié avec Arash Derambarsh. Mais passons. Tout comme il est écrit qu’il a 37 ans alors qu’il en a 36.
On se moque de son parcours, comme si Marie Turcan ou François-Luc Doyez avaient eux-mêmes un niveau scolaire irréprochable. En réalité, Arash Derambarsh est directeur de collection aux Editions du Cherche Midi depuis 2007. C’est déjà la troisième maison d’édition dans laquelle il officie : Editions Laffont à 19 ans, Editions Ramsay à 24 ans puis le cherche midi à 27 ans. le PDG du Cherche Midi éditeur, Philippe Héracles, ne manque d’ailleurs pas d’éloge sur son collaborateur : « c’est un garçon intelligent, déterminé et sérieux ».
Silvana, ancienne attachée de presse de chez Ramsay, aujourd’hui aux éditions Flammarion, fera les mêmes éloges. Aucune déclaration élogieuse à son égard ne sera par ailleurs retenue. Bizarre…
Editeur depuis ses 19 ans, il a publié des ouvrages signés par des personnalités prestigieux comme Abd Al Malik ou Johnny Hallyday, Manuel Valls, Roland Dumas, Jean-Christophe Lagarde, Franz-Olivier Giesbert ou encore des ouvrages pour aider la lutte contre l’autisme ou contre alzheimer.
Il s’occupe des ouvrages écrits par les personnalités publiques et les politiques.
En quoi, tisser des liens dans cet univers d’influence, afin d’obtenir une loi permettant à des millions de démunis de manger, est-il critiquable ?
Concernant la loi sur le gaspillage alimentaire, les  journalistes, dans leur enquête, ne précisent pas qu’Arash Derambarsh a été reçu le 28 janvier à l’Assemblée nationale par deux députés (Jean-Pierre Decool « les Républicains » et Alexis Bachelay « PS »).
Et puis, il avait été reçu par Guillaume Garot le 17 février, il y avait une dizaine de personnes autour d’Arash Derambarsh dont Bruno Gaccio ou Alexis Bachelay. Et les deux sont fermes : « Guillaume Garot ne voulait pas de la proposition d’Arash Derambarsh. Il voulait une défiscalisation et non une interdiction ». D’autres témoins de cette audition confirment cette version : « Guillaume Garot a fait de la récupération en reprenant la proposition d’Arash Derambarsh mais sans le citer ».
Une enquête de Paris Match va même prouver que c’est Jean-Pierre Decool, Frederic Lefebvre et Nathalie Goulet qui seront les plus dynamiques sur cette loi. Proposant régulièrement des amendements qui seront toujours écartés par le groupe socialiste.
Arash Derambarsh sera même reçu deux fois à l’Elysée. Il recevra le soutien du chef de l’Etat. Et les conseillers du Président de la République, Philippe Vinçon et Patrice Biancone féliciteront le travail du conseiller municipal de Courbevoie. Autre mensonge, concernant mon confrère Charles Dos Santos, qui écrit sur son blog du Monde.
Marie Turcan et Francois-Luc Doyez ont affirmé que celui-ci « aurait co-écrit un article avec Arash Derambarsh ». Charles Dos Santos conteste fermement cette affirmation. « C’est un pur mensonge, je n’ai jamais dit cela. J’ai dit à ces journalistes que j’avais interrogé en amont Arash Derambarsh. C’est de la pure diffamation. Ils ont déformé mes propos de façon malveillante ». Qu’importe, l’enquête de Charles Dos Santos est reprise par bon nombre de confrères qui confirmeront la véracité et le sérieux de l’enquête.
Un autre mensonge et plus grave : Marie Turcan et Francois-Luc Doyez font témoigner des faux camarades de classe. En effet, il n’y a jamais eu de Karine et de Nassim en 4ème avec Arash Derambarsh.

Un parcours avec de la ténacité

Arash Derambarsh a eu un parcours des plus méritoires. Obtenant son bac à 19 ans en 1999. C’est avec acharnement qu’il a obtenu sa thèse de droit après 17 ans de travail.
Concernant son train de vie, Nathalie Alonso (journaliste à l’AFP dans les Hauts de Seine) a eu en sa possession toutes les fiches paie, les loyers ainsi que les comptes en banque d’Arash Derambarsh. Il n’a été constaté aucun mensonge. D’ailleurs, la journaliste de l’AFP avait conduite une enquête très sérieuse et très développée sur Arash Derambarsh.
Les journalistes affirment même qu’Arash Derambarsh aurait eu le goût de la politique après avoir perdu à une élection de délégué de classe en 4e. Cette affirmation ridicule est évidemment fausse. En effet, la « gagnante » de cette élection est en réalité « un gagnant » puisqu’il s’agit d’Ivan Apostolski. Celui-ci confirme qu’Arash Derambarsh n’a jamais été candidat, ni à cette élection, ni à aucune une autre élection. Le vainqueur de cette élection confirme : « Arash Derambarsh n’a jamais été candidat, et n’a jamais tenu ces propos inventés de toute pièce ».
Concernant les candidats inscrits à leur insu, encore une pure invention. Après enquête, il n’a rien été constaté. Pour information, Il y a de nombreux verrous pour l’inscription à une élection.
En effet, en cas de fraude avérée ou d’un simple soupçon, la préfecture et le service des élections de la mairie peuvent refuser. Pire, le ministère public peut se saisir en cas de faux et d’usage de faux. Et enfin, le tribunal administratif peut annuler une élection en cas de fraude.
En réalité, il n’a rien été de tout cela. Et ces affirmations sont évidemment de la pure manipulation politicienne dans le but de salir la réputation d’Arash Derambarsh.
Concernant les plaintes des élus socialistes Alban Thomas et de Jean-Philippe Elie, mon enquête prouve qu’elles sont toutes fantaisistes dans le but de jeter le discrédit sur Arash Derambarsh.
Ainsi, concernant Alban Thomas, les journalistes Marie Turcan et Francois-Luc Doyez se gardent bien de dire que ce dernier a envoyé un mail diffamatoire à tous les membres de la section socialiste pour salir la réputation d’Arash Derambarsh. Pire, le député socialiste Alexis Bachelay dénoncera lui aussi cette « méthode de corbeau ». Quant à sa plainte, les fonctionnaires de police de Courbevoie me confirment que c’est une plainte fantaisiste et imaginaire, classée sans suite.
Concernant Jean-Philippe Elie, les journalistes Marie Turcan et  Francois-Luc Doyez ne précisent pas que celui-ci a longtemps sollicité Arash Derambarsh. Pour faire publier son livre au Cherche Midi d’une part, et obtenir, d’autre part, des contacts comme Ronan Le Moal (Directeur général du Credit Mutuel Arkea) afin de trouver une subvention pour sa revue d’éducation.
Et concernant les faux comptes, Jean-Philippe Elie verra toutes ses plaintes classés sans suite, considérées comme fantaisistes et imaginaires.
Idem pour Charles Nouÿrit. « Aucun témoin ne le confirme, et aucune plainte n’a été déposée » précise l’article. Mais, qu’importe pourvu qu’il s’agisse de salir Arash Derambarsh.  Pour Marie Turcan et Francois-Luc Doyez, c’est évident, c’est forcément lui. En enquêtant, j’ai appris que Charles Nouÿrit a eu de nombreuses altercations avec de nombreuses personnes. C’est un adepte des clashs.
Apres vérification, Arash Derambarsh n’est évidemment pas impliqué dans cette affaire. Ni dans celle avec Robin d’Angelo, auteur lui aussi d’un papier diffamatoire sur Streetpress, site dont le buzz contre une personnalité est une spécialité éditoriale.
Marie Turcan et Francois-Luc Doyez font témoigner Catherine (@Catnatt) qui affirme qu’un supposé agent de la DGPN aurait envoyé un mail afin de défendre Arash Derambarsh. Cette affirmation sera complètement discréditée par le Ministère de l’intérieur que j’ai interrogé. Elle est également réfutée par Arash Derambarsh.
Concernant Olivier Berthe, Président des Restos du Coeur, Arash Derambarsh a toujours confirmé qu’il reprochait à celui-ci l’application de la loi contre le gaspillage alimentaire. En effet, le Président des Restos du Coeur n’a eu de cesse de critiquer Arash Derambarsh, jusqu’à envoyer un document à tous les parlementaires afin de ne pas voter la loi sur le gaspillage alimentaire.
En réalité, ce n’est un secret pour personne, certaines associations veulent garder la main sur un pré-carré. Les nombreux bénévoles m’ont confirmé cette volonté de discréditer Arash Derambarsh afin de lui faire retirer son projet.
Revenons également sur l’élection du président de Facebook, qui date maintenant de 8 ans déjà. C’était une « blague » qu’il a lui-même confirmée dans l’émission « On n’est pas couché » de Laurent Ruquier, en présence de Mathieu Kassovitz, Lea Salame et Yann Moix.
Enfin, précisons qu’Arash Derambarsh n’est qu’un conseiller municipal, qui n’a aucun avantage ni bénéfice. Et qu’il n’a été candidat à aucune élection intermédiaire, ni départementale, ni régionale, ni interne des Republicains, mais pourrait-on lui reprocher si c’était le cas ?

Impliqué au service de valeurs

On lui reproche une omniprésence médiatique mais je ne me rappelle pas que Marie Turcan et Francois-Luc Doyez aient fait ces reproches à d’autres élus comme Francois Kalfon, Razzy Hamadi, Geoffroy Didier, Guillaume Peltier ou encore Thierry Solere. Il a très souvent parlé du fond comme le gaspillage alimentaire ou s’est exprimé en tant qu’élu et éditeur lors des attentats de Charlie Hebdo afin de réaffirmer les valeurs de la France.
Cette opération de démolition discrédite donc les Inrocks et Libération, dont Johan Hufnagel est le responsable du site internet. Ce comportement s’assimile plus à du militantisme, voire à du militarisme, qu’à du journalisme.

Au regard de cet article à charge exclusivement, il est regrettable de ne proposer qu’une vision manichéenne de cet élu. On lui reproche sûrement d’être un élu de « droite » porté sur des sujets de « gauche ». Il convenait donc de rétablir l’honneur de cet élu.

Plusieurs journaux français et internationaux ont salué son travail, son dynamisme et son action comme Le MondeThe GuardianThe IndependentParis MatchLe FigaroNice MatinFrance 24RFI ou encore Le Parisien.
Médiaterranée a également publicisé dès le début la mobilisation antigaspi portée par Arash Derambarsh. Tout le monde salue son travail sauf Les Inrocks et Libération, bizarre, triste, dommage et honteux pour la profession, la politique et le monde, quel gaspillage d’énergie ! Au cas où le gaspillage alimentaire et la défense des démunis puissent encore intéresser Marie Turcan et son confrère Francois-Luc Doyez, voici l’explication de la loi sur le Huffington Post. Au final, il y a une loi et c’est temps mieux !

Publié le 19 avril 2016 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Arash Derambarsh

Arash Derambarsh défend la lutte contre le gaspillage alimentaire à la FAO (ONU)   Leave a comment

 

Réunion de travail entre Arash Derambarsh et Vytenis Andriukaitis (commissaire européen chargé de la sécurité alimentaire).

Nous aurons bientôt une législation contre le gaspillage alimentaire en Europe.

Pour aider les millions de personnes qui ont faim sur notre continent !

 

Food wastage – Exclusive Interview with Arash Derambarsh -What Ireland needs to consider when it comes to banning food wastage?   Leave a comment

Solutionism

Written by Stephen O’Brien

The consumer society is filled with abundance, yet some live-in deprivation.

“Once poverty is gone, we’ll need to build museums to display its horrors to future generations. They’ll wonder why poverty continued so long in human society – how a few people could live in luxury while billions dwelt in misery deprivation and despair.” Muhammad Yunus.

-The problem-

Poverty and food insecurity has been a global issue that has plagued society since the dawn of time. If we attempt to reduce our food wastage by just 25% there would be enough food to feed all the people in society who are malnourished, according to the UN. [i]

One in nine people in the world were suffering from chronic malnourishment during 2014 – 2016.[ii] It is estimated that 795 million people are suffering from severe hunger and malnutrition globally today. [iii]  Every year, 1.3 billion…

View original post 2 662 mots de plus

Publié le 9 mars 2017 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Livre Arash Derambarsh : Agriculteurs – les raisons d’un désespoir (éditions Plon)   Leave a comment

 
Voyage au cœur d’un système français : l’agro alimentaire.
 
Un puissant système qui crée du gaspillage alimentaire, de la surproduction, de la malnutrition et de la pollution. En 2017, l’agriculture française est entre les mains des lobbies (Lactalis, Bigard, Monsanto, Bayer).
 
Conséquences : une utilisation intensive de pesticides, des pratiques choquantes dans la grande distribution, des organisations syndicales et coopératives qui enfoncent un peu plus les paysans dans la misère. L’agriculture française est prête à exploser !
 
Ce livre est un plaidoyer et une enquête qui dénonce et apporte des solutions. Préface de Brigitte Gothière, cofondatrice de l’association L214.
Arash Derambarsh, né à Paris en 1979, est éditeur, docteur en droit et futur avocat. Conseiller municipal Les Républicains à Courbevoie, il est à l’origine de la loi contre le gaspillage alimentaire votée à l’unanimité le 3 février 2016 qui oblige les supermarchés à donner leurs invendus alimentaires aux associations. Le magazine américain Foreign Policy l’a classé dans les 100 personnalités les plus influentes dans le monde en 2016. Il est l’auteur du Manifeste contre le gaspillage (Fayard), prix Edgar-Faure du livre politique 2015.
Journaliste au Figaro depuis près de dix-huit ans, Éric de La Chesnais y est responsable de la rubrique Agriculture, une activité qu’il connaît bien puisqu’il la pratique dans une ferme de l’Ouest après avoir été diplômé de l’École supérieure d’agriculture d’Angers (ESA) en 2007.

Gaspillage alimentaire : Arash Derambarsh dénonce les «pressions d’un système» Le Figaro   Leave a comment

Arash Derambarsh AFP Le Figaro

Un an jour pour jour après le vote de la loi contre le gaspillage
alimentaire, l’élu de Courbevoie, qui en est à l’origine, dénonce des «actes de
malveillance». Entre pressions politiques et poids des lobbies, il raconte les
dessous d’un vote sensible.
Le 3 février 2016, la loi n°2016-138 relative la lutte contre le gaspillage
alimentaire sort par la grande porte du Parlement. Après de nombreux mois
d’âpres débats à l’Assemblée nationale, le texte est définitivement adopté.
Elle prévoit notamment des dispositions destinées à empêcher les grandes
surfaces de jeter la nourriture et de rendre leurs invendus impropres à la
consommation, via des associations agréées. Les enseignes récalcitrantes seront
automatiquement condamnées à payer une amende de 3750 euros.
 « 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année dans
notre pays »
Si la loi a été portée au Palais Bourbon par le député socialiste Guillaume
Garot, ce combat a été mené de longue date par un élu local inconnu du grand
public jusqu’alors: Arash Derambarsh. Docteur en droit pénal, éditeur au
Cherche-Midi, conseiller municipal Les Républicains dans la ville de Courbevoie
(Hauts-de-Seine), cet homme de 37 ans attire les projecteurs pour sa
personnalité peu conventionnelle, au risque, parfois, de remettre en cause la
nature de son combat. «Quand j’ai commencé à porter cette bataille, la question
du gaspillage alimentaire n’était pratiquement jamais abordée en France.
Pourtant, 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année dans
notre pays», explique Arash Derambarsh au Figaro. Attiré par les lumières des
médias, il fascine autant qu’il révulse. Un an après le vote de «sa» loi, cet
homme né en 1979 à Paris de parents iraniens n’oublie pas les coups qu’il a
reçus durant les mois qui ont précédé le vote des parlementaires. Les menaces
et intimidations, de la part de ceux qu’ils nomment «les lobbies», dont il a
été l’objet.
Pressions politiques et poids des lobbies
«Il y a eu des actes de malveillance à mon encontre, relate-t-il calmement.
Des personnes travaillant pour la Fédération du commerce et de la distribution
– qui regroupe la plupart des hypermarchés et supermarchés en France – sont
venues dans un salon du livre auquel je participais en tant qu’éditeur et ont
fait pression sur moi pour que j’arrête mon combat. Ils m’ont dit qu’ils
avaient le pouvoir de me faire virer. J’ai appris par la suite qu’ils avaient
également parlé à mon patron». Seulement, Arash Derambarsh l’assure, il n’est
pas «du genre à avoir peur». Au contraire, ces réactions hostiles le confortent
dans son engagement. Il poursuit: «Ces mêmes personnes sont allées voir
directement les parlementaires par la suite en les menaçant de supprimer les
subventions accordées aux associations sportives de leurs circonscriptions
s’ils votaient cette proposition de loi». Des propos contestés par la FCD qui a
reconnu avoir eu «une vive discussion» avec lui, mais a nié avoir exercé des
pressions de quelque sorte que ce soit.
« Ils s’en sont pris directement à mon mandat »
Enfin, l’homme entend régler ses comptes avec «les élus de la République».
«Certains députés et sénateurs, de droite comme de gauche, sont aussi venus me
voir les mois précédant le vote. Ils m’ont dit: “Arash, ce n’est pas nécessaire
d’aller plus loin dans ce combat. La législation actuelle est déjà très
bonne”». Puis, selon ses dires, les propos ont été de plus en plus virulents.
«Par la suite, ils m’ont rappelé que je n’étais qu’un simple conseiller
municipal, et qu’il ne fallait pas que je les oblige à aller voir le maire de
Courbevoie. Là, ils s’en prenaient directement à mon mandat. Une fonction pour
laquelle j’ai été élu quand même», explique-t-il, dénonçant les «pressions d’un
système». «J’ai été déçu de certains», poursuit-il, déplorant notamment que le
candidat Les Républicains à la présidentielle, François Fillon, ne l’ait jamais
reçu pour discuter de cette question absente de son programme.
Le Courbevoisien n’a pas non plus digéré l’attitude de Jacques Bailet, le
président de la Banque alimentaire, et des Restos du Cœur. Ces deux organismes,
qui organisent des collectes de nourriture toute l’année, n’ont pas soutenu, au
départ, l’action du conseiller municipal, craignant des problèmes de
logistique. Olivier Berthe, président de l’association créée par Coluche, avait
notamment déclaré dans les colonnes de Libération en mai 2015 : «Il ne faut pas que
ça se transforme en cadeau empoisonné pour nous (…) On doit choisir la qualité
et la quantité des produits donnés, on n’est pas des dépotoirs». Des propos mal
digérés par le principal intéressé. S’il témoigne aujourd’hui librement des
pressions subies durant des mois, c’est qu’Arash Derambarsh juge que le temps
est venu. Tel un boxeur, il choisit le moment opportun pour asséner ses coups
après en avoir essuyé beaucoup, et espère refaire parler de sa loi – et de lui
– avant l’élection présidentielle.
Au total, 5000 associations agrées ont été créées pour collecter les
invendus dans 5000 supermarchés de France. «Cela correspond à 10 millions de
repas distribués depuis douze mois», se félicite-t-il. Depuis le 3 février
2016, la législation française a fait des émules, notamment en Italie, en
Finlande ou en Roumanie. Une pétition lancée pour saisir le Parlement européen
de cette question a, pour l’heure, recueillie plus de 820.000 signatures. «Dans
ce domaine, la France a été un moteur. Je m’en réjouis parce que cela montre
qu’un simple élu municipal peut changer les choses», conclut Arash Derambarsh,
qui entend désormais lutter pour changer en profondeur le système
agroalimentaire en France, qu’il juge « corrompu ».

vidéo speech Arash Derambarsh TEDx Los Angeles   Leave a comment

Discours d’Arash Derambarsh au TEDx Los Angeles devant 3000 personnes au Dolby Theatre (Hollywood Boulevard).

Arash Derambarsh shares in this talk how he identified the cause of food waste in his native France, and after many efforts managed to get a law adopted forcing supermarkets to donate unwanted food to charity.

His talk is a personal narrative of how he came to realize the paradox of food waste and hunger and to understand what hunger meant.

Arash Derambarsh is a councilor in France, whose campaign against food waste led to a law forcing French supermarkets to donate unwanted food to charity has set his sights on getting similar legislation passed globally.

Arash Derambarsh declares it “scandalous and absurd” that food is wasted and in some cases deliberately spoiled while the homeless, poor and unemployed go hungry.

This talk was given at a TEDx event using the TED conference format but independently organized by a local community.

Arash Derambarsh was classified in the 100 world personalities of the year 2016 by the magazine Foreign Policy.

« En France 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année » selon Arash Derambarsh (élu LR)   Leave a comment

SITE D INFORMATIONS SANS LANGUE DE BOIS

DES FRANCAIS MEURENT DE FAIM HONTE A VOUS ……………..

« En France 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année » selon Arash Derambarsh (élu LR)

La France gaspille chaque année 10 millions de tonne de nourriture. Invité de 100% Bachelot, Arash Derambarsh, élu Les Républicain à Courbevoie, se bat depuis des années contre le gaspillage alimentaire.

View original post 101 mots de plus

Publié le 16 janvier 2017 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

« Foreign Policy Magazine » classe Arash Derambarsh dans le top 100 mondial 2016   Leave a comment

Le magazine américain « Foreign Policy » (groupe Washington Post) classe Arash Derambarsh dans les 100 personnalités mondiales de l’année 2016.

 

Le très sérieux journal récompense ainsi le conseiller municipal « Les Républicains » de Courbevoie pour son travail sur le gaspillage alimentaire et son combat contre la faim et la soif.
ARASH DERAMBARSH – COUNCILMAN, COURBEVOIE/FRANCE
For wasting no bread or cheese.
France trashes roughly 15 billion pounds of food annually. Arash Derambarsh, a councilman in the city of Courbevoie, says that figure is “scandalous and absurd”—particularly because 12 percent of France’s population suffers from food insecurity. Derambarsh and volunteers started distributing food discarded by stores to needy people, and he circulated a petition demanding that the national government scale up his effort, which garnered 200,000 signatures. Derambarsh succeeded: As of February, a law—the first of its kind anywhere—bars supermarkets from tossing food before it expires, instead compelling them to donate it or face a 3,750 euro fine (around $4,000). Derambarsh wants the policy implemented across Europe. In a video message, he urged U.S. President Barack Obama to enact similar legislation.

NOTABLE FACTS :

Arash Derambarsh received his Ph.D. in law from the Sorbonne in Paris.