Archives du tag ‘Non classé

L’association de Bono soutient la lutte contre le gaspillage alimentaire en France (Le Figaro)   Leave a comment

 
 
 
 

Friederike Röder (Directrice France de ONE), Arash Derambarsh et Bono (chanteur du groupe U2)
L’organisation ONE,
créée par Bono, le chanteur de U2, veut internationaliser l’initiative d’un élu de
Courbevoie qui milite pour l’adoption d’une loi obligeant les supermarchés à
donner leurs invendus alimentaires à des associations. 
 
L’Élysée doit recevoir Arash Derambarsh et une délégation sur le sujet le 7 avril.
La ville de Courbevoie
pourrait-elle devenir l’épicentre mondial de la lutte contre le gaspillage
alimentaire ?
Arash Derambarsh, un élu de la commune francilienne des
Hauts-de-Seine, en rêve. Depuis le mois de décembre, il milite activement pour
l’adoption d’une loi qui forcerait les supermarchés à donner leurs invendus
alimentaires aux associations caritatives. Durant deux mois, avec une
cinquantaine de bénévoles, il a collecté trois soirs par semaine les invendus
du Carrefour Market du centre commercial Charras pour les distribuer à des
personnes dans le besoin. «Cette opération a démontré qu’un tel dispositif est
simple à mettre en oeuvre et efficace», explique l’élu au Figaro.
 
Pour obtenir une loi,
Arash Derambarsh a lancé une pétition sur le site Change.org, avec l’acteur et
réalisateur Mathieu Kassovitz, qui a réuni à ce jour plus de 167.000
signatures. De nombreuses personnalités politiques et artistiques l’ont
paraphée. Et cette démarche vient de remporter un nouveau soutien de taille:
l’association ONE France, une organisation internationale de lutte contre la pauvreté
extrême et la faim dans le monde, en particulier en Afrique, cofondée par le
chanteur du groupe U2, Bono, et portée par plus de 6 millions de membres dans
le monde.
 
«La lutte contre le
gaspillage alimentaire et les pertes d’aliments est une problématique globale.
La production alimentaire nécessite d’importantes ressources en eau, terres et
électricité, dont une grande partie est gaspillée chaque année, dans les pays
développés comme dans les pays en développement, pour de la nourriture qui ne
profite pas aux populations», explique une porte-parole de ONE France
 
Cette
lutte, rappelle l’association, fait partie des 17 Objectifs de développement
durable
(ODD) qui seront adoptés en septembre aux Nations unies. «Une
initiative de la part de la France sur la problématique du gaspillage
alimentaire pourrait permettre de porter notamment cet enjeu, avec crédibilité,
sur la scène internationale.»
 
Pour Arash Derambarsh,
le soutien de ONE France est une belle reconnaissance. «Ce que nous avons testé à
Courbevoie pourrait être déployé dans d’autres pays, comme l’Afrique, par
exemple, où de nombreux supermarchés sont implantés et où le gaspillage sévit
aussi», se réjouit-il. 
 
Si la commune francilienne a attiré tous les regards,
elle n’est pas la première à avoir expérimenté la distribution d’invendus. La
ville de Herstal, en Belgique, a interdit dès 2013 aux supermarchés de jeter
leurs invendus et leur a imposé de s’organiser pour stocker les produits dans
un espace dédié, où les associations venaient les récupérer. L’obligation a été
étendue l’an dernier à toute la Wallonie. «Le succès belge et celui de
Courbevoie ont mis une telle pression sur le débat public en France que nous
sommes sûrs qu’une loi sera adoptée», s’enthousiasme l’élu courbevoisien.
 
« Droit opposable »
 
De fait, l’agenda
politique s’accélère. Alors que le débat sur les dons des invendus traînait en
longueur depuis l’an dernier, Arash Derambarsh a déjà été auditionné deux fois
– la première, le 28 janvier dernier, à l’Assemblée nationale, et la deuxième
le 17 février, par le député Guillaume Garot qui doit rendre un rapport au
gouvernement fin mars sur la lutte contre le gâchis alimentaire.
 
Le 7 avril, il sera
reçu à l’Élysée. «Je serai accompagné d’une délégation de 15 personnes», se félicite-t-il.
Un groupe hétéroclite composé notamment de Friederike Röder, directrice de ONE
France, Nicolas Chabannes, président des Gueules Cassées, ce collectif qui va
commercialiser des fruits et légumes «moches», l’humoriste engagé Bruno Gaccio,
le rappeur Rost, ou encore le député belge et Bourgmestre de la Ville de
Herstal, Frédéric Daerden. «Je veux que soit mis en place un droit opposable
pour la distribution des invendus alimentaires», conclut-il. «Un citoyen,
lorsqu’il le souhaite, devrait pouvoir obtenir un agrément pour être habilité à
collecter les surplus de nourriture dans les supermarchés et les distribuer!»



A lire également :Le Parisien => cliquez ici



Marie-Claire => cliquez ici



RFI => cliquez ici

 
 
Bono (U2) – ONE
Publicités

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Quand Robin d’Angelo de Streetpress affabule sur un élu de la République   Leave a comment

Cet article sur RADIO VL a été censuré (cliquez sur le lien grâce au cache Google)





Voici le droit de réponse intégral qui a été censuré concernant les mensonges et la manipulation de Robin d’Angelo et du site StreetPress.





———————————————————————————–


Témoignage : Quand Robin d’Angelo de Streetpress affabule sur Arash Derambarsh, un élu de la République.




TÉMOIGNAGE TRANSMIS A LA RÉDACTION DE Radio VL 

Robin d’Angelo a fait une enquête sur
Arash Derambarsh, élu municipal de Courbevoie.


 
 
TÉMOIGNAGE DE QUATRE TÉMOINS
 
Nous avons cru que
c’était un article du Gorafi en lisant l’article. Ce “journaliste”, par son
papier sur StreePress, a clairement la volonté de salir l’honneur, la
réputation et l’image de Monsieur Derambarsh. Nous allons démonter point par
point son article.
 
 
1er
mensonge
:
 
Robin d’Angelo (le
“journaliste”), affirme avoir croisé Arash Derambarsh devant le Fouquet’s.
En réalité, c’est un mensonge.
 
Nous sommes le
vendredi 6 février. Nous sommes cinq personnes, dont Arash. Celui-ci donne ses
interviews au restaurant de la Grande Armée. Pour ceux qui connaissent, il
s’agit d’un restaurant tout à fait banal. D’ailleurs, Robin d’Angelo arrive en
retard. Nous l’attendons. Et repart avant nous. Nous lui payons même son café
car il nous affirme n’avoir pas assez d’argent sur lui…
 
2ème mensonge :
 
Robin d’Angelo
avait harcelé Arash Derambarsh pour avoir une interview sur le gâchis alimentaire.
Et cette personne malveillante, peu scrupuleuse de la déontologie, lui avait
promis de ne faire une interview que sur ce sujet, ainsi que sur la pétition.
Nous
sommes tous témoins de la manipulation de Robin d’Angelo et de ses écrits.
 
3ème mensonge :
 
Robin d’Angelo affirme
qu’Arash Derambarsh distribue depuis janvier. C’est donc, encore une fois, une
information mensongère.
 
En effet, Arash
Derambarsh avait confirmé dans un communiqué que la distribution ne durerait
que durant les mois de décembre et janvier. Pour preuve, Arash lui a envoyé un
mail (preuve à l’appui) à la demande de Robin d’Angelo. Il a donc encore donné
une fausse information.
 
4ème mensonge :
 
Il ne s’agit pas
d’une distribution dans un “Carrefour City” mais dans un “Carrefour Market”. En
réalité “, Robin d’Angelo n’est jamais venu à Courbevoie. Ce journaliste
controversé écrit de son salon, bien au chaud, sans s’informer. Il ne dit pas
que Arash a eu les plus grandes difficultés à créer un partenariat et que deux
enseignes lui avait refusé, préférant mettre de l’eau de javel sur la
nourriture.
 
Il ne
dit pas non plus qu’Arash souhaite faire passer une loi, imposant aux
supermarchés de distribuer les invendus aux associations de leur choix.
 
5ème mensonge :
 
Il n’y avait pas
une dizaine de bénévoles mais bien une quarantaine chaque soir. Preuve à
l’appui et sur demande. Toutes les photos ont d’ailleurs circulé sur les
réseaux sociaux, ainsi que dans les nombreux reportages TV comme l’AFP ou le
Parisien.
 
À ce propos, les
bénévoles n’ont jamais trié aucun produit alimentaire. C’est Carrefour qui le
faisait. Les bénévoles, comme nous, nous ne mettions que les produits dans les
sacs afin de les distribuer aux démunis.
 
De plus, la
distribution ne se faisait pas qu’à La Défense mais dans Courbevoie.
 
6ème mensonge :
 
Robin d’Angelo
affirme que la pétition sur Change.org est lancée dans la foulée du Grand
Journal. En réalité, cette pétition est lancée le 19 janvier. Et le Grand
journal de canal + n’a lieu qu’après.
 
7ème mensonge :
 
Robin d’Angelo
ment encore (décidément, cela devient récurent chez ce jeune homme) quand il
affirme reprendre les propos d’Arash Derambarsh concernant sa façon de parler. Il
y a plus de 180000 signatures et chacune est aussi importante que les
ambassadeurs. Nous sommes quatre personnes à affirmer qu’Arash n’a jamais parlé
de cette façon, durant l’interview.
 
8ème mensonge :
 
Robin d’Angelo,
considéré comme mythomane notoire par de nombreuses personnes, fait parler le
rappeur Rost et le député Frédéric Lefebvre.
 
En réalité, ces
deux personnes, choquées, ne reconnaissent pas leur propos, qui ont été
déformés. Nous les avons contactés et ils sont très en colère.
 
Décidément Robin…
Ce n’est pas beau de mentir…
 
9ème mensonge :
 
Arash Derambarsh a
toujours affirmé avoir travaillé au Ministère de l’Intérieur et au Ministère
des affaires étrangères en tant que vacataire (enregistrement à l’appui).
Robin d’Angelo
ment encore quand il prétend que Arash a travaillé “vers” 2005 avec le député
Michel Hunault. En réalité, Arash a été son assistant parlementaire en 2006
pour  6 mois.
 
10e mensonge
(oui déjà…) :
 
Robin d’Angelo,
parle de l’affaire du président de Facebook (il y a 8 ans déjà mon petit
Robin). Arash a toujours dit que c’était un jeu. C’est sur que c’est plus grave
qu’un élu qui vole dans la caisse ou un tueur en série… C’est juste que tu t’es
fais avoir en raison de ta méconnaissance et ton incompétence sur internet
jeune homme.
 
Mauvais joueur va
🙂
 
11ème mensonge :
 
Robin D’Angelo ne
le sait pas mais lorsqu’on organise une soirée, on ne gagne pas beaucoup.
Tiens, voilà un sujet pour toi d’ailleurs.
 
À l’époque,
c’était en franc. Et Arash ne gagnait pas plus de 1000 ou 2000 francs par
soirée, pour payer ses études de droit. Cela représente donc 300 ou 400 euros
maximum. 
 
Tu as des problèmes avec les chiffres ou tu as été un mauvais élève à
l’école Robin Pinocchio ?
 
Nous au contraire,
nous le félicitons d’avoir travaillé dur pour en arriver là. Il est éditeur et
c’est un élu. Il représente une méritocratie admirable.
 
12ème mensonge :
 
Robin, Robin,
Robin… Arash Derambarsh n’a jamais été exclu de l’UDF. Il a quitté le parti en
2008. Il n’a donc pas pu le quitter en 2007. Il n’y a qu’à le demander aux
députés  Jean-Christophe Lagarde ou à Maurice Leroy, anciens cadres du
parti. Il n’a jamais reçu d’avis d’exclusion. Ce n’est pas bien d’affirmer sans
sources. 
 
Pas très déontologique.
 
13e mensonge :
 
Robin d’Angelo est
resté 40 minutes. Sa technique d’entourloupe était de poser systématiquement
une question sur le gâchis alimentaire (sujet qu’il ne maîtrisait pas en plus)
et deux questions sur la vie privée. Du genre : “es tu homosexuel ou hétéro ?”,
“préfères-tu les blondes ou les métisses ?”…
 
Lorsque les
questions devenaient trop limites, nous lui avons gentiment demandé de partir.
Et nous avons payé son café à sa demande.
 
Voilà, nous sommes
quatre personnes à témoigner, en dehors d’Arash.
 
Robin d’Angelo, si
tu te comportes de cette façon avec toutes les personnes que tu interviews, tu
seras rapidement considéré comme un journaliste du Gorafi, ou pire des infos du
monde”, qui annonçait la fin du monde tous les trois mois.
 
Les quatre témoins
de la pseudo interview trafiquée et mensongère de Robin d’Angelo de StreetPress

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Signez la pétition « Stop au gâchis alimentaire en France ! »   Leave a comment

Stop au gâchis alimentaire en France !
 
Durant les mois de décembre et janvier, avec des
amis et bénévoles de ma commune, Courbevoie, nous avons récupéré trois soirs
par semaine les invendus du supermarché « Carrefour Market Charras » de
Courbevoie, pour les distribuer aux personnes nécessiteuses, notamment la
classe moyennes puis les SDF.
 
Fort de cette expérience et avec mon ami Mathieu
Kassovitz, sensible à cette question, nous avons décidé de lancer une pétition
sur Change.org pour obtenir une loi imposant à tous les supermarchés de distribuer
leurs invendus.
 
Pourquoi une loi ?
 
En France, aujourd’hui, nous avons :
 
– D’un côté, une classe moyenne qui a de plus en
plus de problèmes économiques. En effet, dès le 10 de chaque mois, des millions
de Français sont sous l’eau après avoir payé leur loyer et leurs charges. En
outre, il y a de plus en plus de SDF dans nos rues.
 
– De l’autre côté, chaque supermarché gâche chaque
jour plus de 20 kg de nourriture.
 
C’est impensable avec la crise économique actuelle !
 
Notre proposition est donc simple et efficace :
voter une loi imposant, ou incitant aux supermarchés de donner, soir après
soir, tous leurs invendus à l’association de leur choix. Cette loi devra
concerner tous les supermarchés et pas seulement les hypermarchés de plus de
1000 m2.
 
Cette proposition, que nous avons donc testée sur le
terrain à Courbevoie peut aider à éradiquer une partie de la faim dans notre
pays.
 
Des parlementaires et élus de droite comme de gauche
soutiennent notre démarche (Thierry Solere, Pouria Amirshahi, Alexis Bachelay,
Jean-Pierre Decool, Frédéric Lefebvre, Nathalie Goulet, Joelle Garriaud-Maylam,
David Lisnard, Maurice Leroy, Christophe Premat, Ronan Loas, Teaki
Dupont-Teikivaeoho,…).
Ainsi que de nombreuses personnalités (Johnny et
Laeticia Hallyday, Bruno Gaccio, Anthony Kavanagh, Nikos Aliagas, Omar et
Helene Sy, Antoine et Emma de Caunes, Rost, Kyan et Keyvan Khojandi, Valerie
Damidot, Caroline de Maigret, Youri Djorkaeff, Fabien Onteniente, Karima
Charni, Frédérique Bel, Patrick Montel, Malik Bentalha, Frédéric Thiriez,…).
 
Le mercredi 28 janvier dernier, j’ai été auditionné
à l’Assemblée Nationale pour présenter cette initiative. J’ai échangé avec les
députés Guillaume Garot (député PS de la Mayenne – missionné par le 1er
Ministre pour la lutte contre le gaspillage alimentaire), Alexis Bachelay
(député PS Hauts-de-Seine) et Jean-Pierre Decool (député UMP du Nord et
rapporteur de la Loi contre le gaspillage alimentaire)
Et le mardi 17 février dernier, c’est le député
Guillaume Garot qui nous a reçus à l’Assemblée Nationale pour une nouvelle
audition.
 
Les parlementaires se sont montrés « plutôt
favorable à notre proposition » et ils vont intégrer notre pétition dans
leur rapport.
 
Nous allons d’ailleurs être reçu le mardi 7 avril prochain à l’Elysée. J’ai demandé au député belge Frédéric Daerden de
m’accompagner. Celui-ci a appliqué notre proposition, il y a plus d’une année
dans sa ville de Herstal. Et cela marche très bien. Il n’y a aucun problème ni
au niveau de la logistique, ni au niveau des bénévoles.
 
Si nous sommes des milliers à signer la pétition
d’ici mars, nous pourrons pousser les parlementaires et le gouvernement à
légiférer.
 
Arash Derambarsh (élu à Courbevoie) et Mathieu
Kassovitz
(acteur, réalisateur, et producteur)

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

AFP Video – Comment Arash Derambarsh a distribué les invendus à Courbevoie   Leave a comment

– AFP Vidéo – 
 
Comment Arash Derambarsh (élu dans la ville de Courbevoie) a distribué les invendus dans sa ville.
 
A lire : « A Courbevoie, une distribution d’invendus pour dénoncer le gaspillage alimentaire » (AFP)

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

A Courbevoie, Arash Derambarsh (élu de Courbevoie) distribue des invendus aux SDF – Le Parisien   Leave a comment

(Le Parisien)
L’air
de rien, une dizaine de personnes patientent devant le rideau de fer d’un
supermarché. 
 
En tête du groupe, Arash Derambarsh, 35 ans, élu municipal
d’opposition à Courbevoie, s’active devant l’accueil. Il est 20h30 et la
superette va bientôt fermer. 
 
C’est le moment d’aller récupérer discrètement le
chariot que lui a préparé un des responsables du magasin. A l’intérieur, des
yaourts, des fruits, des sacs de légumes… 
 
« Ce soir, il y a moins
d’invendus que d’ordinaire. Mais on a quand même une bonne dizaine de kilos de
nourriture. C’est déjà ça « , relève Arash, qui dégaine aussitôt des cabas
pour répartir les tâches.
 
Depuis
fin décembre, ce jeune conseiller municipal DVD troque trois soirs par semaine
son écharpe d’élu pour une doudoune bien épaisse.
 
Accompagné
d’amis et de bénévoles, il arpente les rues de Courbevoie et celles du quartier
de la Défense pour redistribuer sa récolte aux sans-abris.
 
« Il
y a en moyenne entre 10 et 20 kg d’invendus chaque soir dans les supermarchés.
C’est inadmissible qu’aujourd’hui, on se permette encore de gâcher de la
nourriture.
 
L’objectif
c’est de sensibiliser tout le monde et de dire à chaque citoyen que c’est
possible de lutter contre ce gaspillage.
 
Chacun
peut aller dans son supermarché de quartier le soir, et aider les plus démunis
« , s’indigne l’élu.

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Interview de Arash Derambarsh (élu à Courbevoie) sur BFM TV chez Christophe Hondelatte   Leave a comment

Interview de Arash Derambarsh (élu à Courbevoie) sur BFM TV chez Christophe Hondelatte.

Sur le gâchis alimentaire et son travail d’élu dans sa ville de Courbevoie.

Arash Derambarsh – BFM TV – Christophe Hondelatte

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Arash Derambarsh : «Une loi anti-gaspillage dans les 2 mois» (Le Parisien TV)   Leave a comment

Arash Derambarsh : «Une loi anti-gaspillage dans les 2 mois» (Le Parisien)
Il souhaitait une loi
pour obliger les grandes surfaces à distribuer ses invendus aux plus démunis.
Ce sera bientôt chose faite ! Après une audition à l’Assemblée Nationale mardi
soir, l’élu de Courbevoie (92) Arash Derambarsh sera reçu à l’Elysée le 25
février prochain. Pour l’appuyer, il sera accompagné de Frédéric Daerden,
député européen de Herstal en Belgique. Il s’agit de l’homme qui est à
l’origine de la loi qui a rendu obligatoire en Belgique depuis avril 2014 le
don des invendus alimentaires dans les grandes surfaces de plus de 1000 m².
 
La pétition « Stop au
gâchis » d’Arash Derambarsh, lancée le 19 janvier dernier avec le cinéaste
Mathieu Kassovitz, rassemble plus de 158 000 signatures.
 
 
 

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :