Archives du tag ‘Non classé

RFI – Le défi d’Arash Derambarsh contre le gaspillage alimentaire   Leave a comment

Obliger les supermarchés à redistribuer leurs invendus, tel est le combat mené par un jeune élu de Courbevoie, en banlieue parisienne. Arash Derambarsh, débordant d’enthousiasme, a bien l’intention que cette lutte aboutisse à une loi, ce qui serait une première en France. Ambitieux et décidé, il projette même de l’étendre par la suite au continent africain. Un défi de longue haleine que le jeune élu entend mener jusqu’au bout.

Publié 15 juillet 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

La presse internationale félicite Arash Derambarsh et salue la loi sur le gaspillage alimentaire votée en France !   Leave a comment

La presse internationale salue la loi sur le gaspillage alimentaire votée en France !

Revue de presse.



– The Guardian (Angleterre)
(Man who forced French supermarkets to donatefood wants to take law global)


Arash Derambarsh, a local councillor who
kickstarted fight against food waste in his Paris suburb, wants to convince
more countries to follow France’s example


A councillor whose campaign against food waste
led to a law forcing French supermarkets to donate unwanted food to charity has
set his sights on getting similar legislation passed globally.


Arash Derambarsh said it was “scandalous and
absurd” that food is wasted and in some cases deliberately spoiled while the
homeless, poor and unemployed go hungry.


Derambarsh – a municipal councillor for the
“Divers Droit” (diverse right) in Courbevoie, north-west of Paris – persuaded
French MPs to adopt the regulation after a petition gained more than 200,000
signatures and celebrity support in just four months.


The amendment was approved as part of a wider
law – the Loi Macron – that covers economic activity and equality in France and
is expected to be passed by the national assembly on Tuesday, entering the
statute books shortly afterwards.


It will bar supermarkets from throwing away
food approaching best-before dates and deliberately poisoning products with
bleach to stop them being retrieved by people foraging through bins.


Now Derambarsh wants to convince European
countries and the wider world to adopt similar bans. “Food is the basis of
life, it is an elementary factor in our existence,” he told the Guardian.


“I have been insulted and attacked and accused
of being naive and idealistic, but I became a local councillor because I wanted
to help people. Perhaps it is naive to be concerned about other human beings,
but I know what it is like to be hungry.


“When I was a law student living on about €400
a month after I’d paid my rent, I used to have one proper meal a day around
5pm. I’d eat pasta, or potatoes, but it’s hard to study or work if you are
hungry and always thinking about where the next meal will come from.”


Derambarsh started his campaign by collecting
and distributing unwanted food from his local supermarket. “Every day we’d help
around 100 people. Half would be single mothers with several children,
pensioners or public workers on low salaries, the other half would be those
living on the streets or in shelters,” he said.


Derambarsh is planning to table the issue – via
the campaign group ONE, founded by U2 singer Bono – when the United Nations
discusses its Millennium development goals to end poverty in September as well
as at the G20 economic summit in Turkey in November and the COP21 environment
conference in Paris in December.


An estimated 7.1m tonnes of food is binned in
France each year – 67% of it by consumers, 15% by restaurants and 11% by shops.
The figure for food waste across the EU is 89mtonnes while an estimated 1.3bn
tonnes are wasted worldwide.


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 
 
 
 
 
 
– BBC Mundo (Amérique
latine)
 
 
 

Groene Courant (Pays-Bas – Holland -Netherlands)

La République Tchèque
La Grèce


  
RT (Russie Télévision version française)

RT (Russie Télévision version anglaise)

EBS (Télévision Corée du Sud)

Publié 1 juillet 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

AFP TV – Arash Derambarsh : le Robin des Bois du gachis alimentaire   Leave a comment

AFP TV Video – Arash Derambarsh : le Robin des Bois du gâchis alimentaire

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Portrait d’Arash Derambarsh sur RFI   Leave a comment

Portrait d’Arash Derambarsh (élu de Courbevoie) sur RFI 
par Anne Bernas
Le défi d’Arash Derambarsh contre le gaspillage alimentaire
Arash Derambarsh à Courbevoie

Obliger les supermarchés à redistribuer leurs invendus, tel est le combat mené par un jeune élu de Courbevoie, en banlieue parisienne.

Arash Derambarsh, débordant d’enthousiasme, a bien l’intention que cette lutte aboutisse à une loi, ce qui serait une première en France.

Ambitieux et décidé, il projette même de l’étendre par la suite au continent africain.

Un défi de longue haleine que le jeune élu entend mener jusqu’au bout.

« Les Courbevoisiens m’ont demandé d’agir sur la vie concrète des gens, de ne pas faire de baratin ou de blabla comme beaucoup d’élus ». Les bases sont posées. A 35 ans seulement, il a tout du politicien. Arash Derambarsh raconte son combat pour la énième fois. Les médias sont déjà nombreux à s’être emparés de son histoire et le conseiller municipal gère avec tact sa popularité croissante. Le discours est maîtrisé, sans ambages, les mots sont pesés. « L’idée est venue d’un vécu, raconte le jeune homme. J’ai connu la faim lorsque j’étais étudiant et que je ne gagnais que 700 euros par mois. »
Aujourd’hui, il s’insurge que le 10 de chaque mois, la classe moyenne se serre la ceinture et que les SDF soient de plus en plus nombreux dans l’Hexagone. Face à cette alarmante situation, Arash Derambarsh, « élu de la République », comme il aime à le répéter, veut apaiser les souffrances de ses concitoyens par une manière simple : stopper le gaspillage alimentaire. Chiffres à l’appui, il poursuit sa démonstration, expliquant que chaque jour, ce sont entre 20 et 40 kilos d’invendus qui sont jetés dans chaque supermarché, une « aberration ». Au niveau planétaire, un tiers de la production mondiale de nourriture est gâchée…
Alors, l’homme est passé à l’action en fin d’année dernière. Le terrain, quoi de mieux pour un élu ! A la fermeture d’un supermarché de sa ville, accompagné d’amis et de citoyens de Courbevoie, Arash Derambarsh récupère les invendus de la journée et les distribue aux plus démunis de sa ville qui jouxte le quartier d’affaires de La Défense à l’ouest de Paris. « Chaque soir, on distribuait l’équivalent de 500 euros de nourriture ». Les médias aidant, l’action du Courbevoisien a eu un écho retentissant. « Comme ce qu’on faisait n’était pas légal, et bien on demandait une loi », poursuit l’élu.
Ainsi, en janvier dernier, il lance une pétition avec son « ami », l’acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz pour qu’une loi imposant, ou incitant aux supermarchés de donner, soir après soir, tous leurs invendus à l’association de leur choix, soit votée. Techniquement, ce que propose Arash Derambarsh, c’est donc que chaque citoyen puisse créer une association pour ensuite s’adresser à l’enseigne de son choix dans sa commune, afin que celle ci lui remette les invendus pour une distribution le soir même. Aujourd’hui, plus de 170 000 personnes ont déjà signé la pétition, un réel succès pour celui dont le discours est rodé et efficace. Car écouter Arash Derambarsh, c’est être confronté à un exercice journalistique peu commun tant le protagoniste contrôle la situation et écarte d’un revers de main toute forme de critique ou « parasitage ».
Des soutiens de poids
Plus de quarante parlementaires et élus de toutes couleurs politiques soutiennent désormais l’initiative d’Arash Derambarsh, dont des soutiens de poids. Des stars du show-biz sont aussi aux côtés du jeune homme qui semble avoir un réseau plus qu’impressionnant… Laetitia et Johnny Halliday, Omar Sy, etc., la liste est longue. Récemment, c’est ONE-France, l’organisation cofondée par Bono, chanteur du groupe U2, qui a apporté son soutien à l’action de l’élu.
Le 7 avril, le Courbevoisien va « convaincre » l’Élysée du bien-fondé de son initiative, accompagné d’une délégation de 15 personnes dont Frédéric Daerden, qui a mis en place un système quasi-similaire et qui a fait ses preuves à Herstal, en Belgique. Suite à cette pétition, le député Guillaume Garot a pris l’engagement de légiférer contre le gâchis alimentaire. « Député, je ferai, avant la mi-avril, des propositions concrètes au gouvernement, pour mettre en œuvre dans notre pays une politique cohérente contre le gaspillage alimentaire, qui permette de faciliter le don et plus largement d’éviter le gaspillage. C’est dans ce cadre que sera traité le problème des invendus de la grande distribution. Je proposerai dans la foulée, une loi, écrite avec des élus de tous bords politiques, tirant les leçons des multiples initiatives locales menées partout en France ». « Il y aura une loi avant l’été sur le gâchis alimentaire », s’enorgueillit de son côté Arash Derambarsh, plus que jamais sûr de lui et qui semble ignorer l’existence du mot « douter ».
Rien ne l’arrête, ni certaines associations qui ne considèrent pas nécessairement cette initiative d’un bon œil, craignant des mesures coercitives, ni même le poids des lobbys industriels. « Je suis un élu français, les pressions ne me préoccupent pas. Rien ne peut et ne pourra m’influencer. Rien. Toutes ces forces obscures des lobbys, je les combattrai ». Alors fait-il cela par pur humanisme et par pur altruisme ? Il semblerait que oui, puisque l’élu, imperturbable, ne prétend avoir aucune visée électorale avant 2020… « Tout ceci, pour moi, est un objectif d’intérêt général. Rien de plus. Je suis là pour apporter des réponses à un problème. Je suis dans l’action, je ne suis pas un idéaliste ».
Une utopie ?
Arash Derambarsh, fort de sa victoire qu’il estime certaine, ne veut pas se cantonner à combattre le gâchis alimentaire en France. En fin politicien, il entend ainsi s’attaquer au continent africain… là où sévit aussi un gaspillage alimentaire d’une toute autre teneur. La cause est noble et belle, mais elle paraît utopiste. Sauf pour le jeune élu, irrité par le mot. « Nous faisons une action locale, dit-il, mais la pensée est globale ». Doctrine du village planétaire à l’appui, l’élu de Courbevoie, volontiers séducteur, analyse : « La grande pauvreté, elle est en Afrique. Et le gâchis, il est aussi dans les supermarchés du continent noir. Et là-bas, avec dix fois moins on peut se nourrir dix fois plus. On veut taper très fort ».
Arash Derambarsh, peut-être un brin naïf, est persuadé que son action dans l’Hexagone va faire effet boule de neige. « Je veux prendre le calendrier international à témoin et dire que ce que nous voulons faire en France, en Belgique, nous le ferons ensuite dans l’Union européenne puis à l’international ». Et d’expliquer qu’en octobre et en novembre prochains, ce sera à la table des Nations unies par le biais de One-France. La lutte contre le gaspillage fait en effet partie des 17 Objectifs de développement durable (ODD) devant être adoptés en septembre à l’ONU. Quand on sait que la quantité de nourriture jetée par l’ensemble des producteurs, distributeurs et consommateurs des pays dits « riches » pourrait nourrir sept fois la population souffrant de la faim dans le monde, la cause vaut plus que jamais la peine d’être défendue.
Altermondialiste ou sauveur de l’humanité dans l’âme, Arash Derambarsh veut que sa génération, celle des trentenaires, se rende compte que si rien n’est fait, l’humanité court à sa perte. « Quand les gens ont faim ou ont soif, en France ou n’importe où sur la planète, ca provoque des guerres ». Et l’élu de justifier que son discours est sensé : « Notre pétition a été signée dans bien d’autres pays que la France. J’ai reçu des mails de soutien du monde entier ». Et Arash Derambarsh de poursuivre son discours tout en serrant les mains de ses concitoyens de Courbevoie. Si l’initiative d’Arash Derambarsh ne fait pas l’unanimité, sa cause n’en demeure pas moins une réponse encourageante face à l’immensité du problème de la malnutrition, qui concerne un milliard d’hommes dans le monde.
Arash Derambarsh et des bénévoles à Courbevoie

Arash Derambarsh et des bénévoles à Courbevoie

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Portrait d’Arash Derambarsh dans le journal Le Monde   Leave a comment

Portrait d’Arash Derambarsh (élu de Courbevoie) dans le journal Le Monde par Yohan Blavignat
 
 
 
 

Arash Derambarsh, l’« hyperactiviste » contre le gaspillage alimentaire

 
copyright – Bertrand GUAY
(photographe de l’AFP)

 

 « Je ne cherche pas la personnalisation. Je fais ça pour ceux qui ont faim. » A seulement 35 ans, les yeux emplis de conviction, les traits tirés par des nuits trop courtes, Arash Derambarsh fait preuve d’un sens aigu de la communication au service de sa cause : la fin du gaspillage alimentaire. Et pour lui, la faim justifie les moyens. Alors qu’un amendement allant dans ce sens a été déposé par la sénatrice (UDI, Orne) Nathalie Goulet dans le cadre du projet de loi Macron qui sera discuté mardi 7 avril, son omniprésence médiatique fait grincer quelques dents, notamment dans les associations antigaspillage qui ne partagent ni ses méthodes ni les solutions qu’il propose.

Le conseiller municipal de Courbevoie (Hauts-de-Seine) espère être reçu à l’Elysée afin, dit-il, de « convaincre » le président de la République, François Hollande, de la nécessité de légiférer sur la question. Il souhaite instaurer un droit opposable qui permettrait à tout citoyen de créer une association pour ensuite s’adresser au supermarché de son choix, afin que celui-ci lui remette les invendus pour une distribution le soir-même.

Le Courbevoisien sait attirer les projecteurs. « J’ai fait un putsch médiatique, c’est vrai, mais je veux qu’on parle de mon combat plutôt qu’on s’attarde sur moi. Je ne me présenterai à aucune élection avant les municipales de 2020 pour prouver ma sincérité », affirme ce proche de Thierry Solère, député UMP des Hauts-de-Seine. Le regard caché derrière ses lunettes carrées, Arash Derambarsh se décrit comme un « homme d’action », à la différence de « certains politiques ». Il a donc attendu d’être élu aux municipales de mars 2014, sous l’étiquette divers droite, pour agir.

« Je suis fier de mon parcours »

Né en 1979 à Paris de parents iraniens ayant fui la révolution islamique, il part en Iran quelques mois après sa naissance et y vit jusqu’en 1983. « J’ai vu beaucoup de choses là-bas, donc je sais pour quoi je me bats aujourd’hui », témoigne l’élu, qui refuse la double nationalité – « Je suis de culture franco-persane et de nationalité française ». Son père, le réalisateur iranien Kioumars Derambarsh, et son oncle Kambiz Derambarsh, un caricaturiste renommé, vont donner au jeune homme l’amour de la politique et du « combat contre l’injustice ». Une lutte qu’il mène sur plusieurs fronts : en tant qu’élu, futur avocat pénaliste – il présentera sa thèse dans quelques mois – et éditeur au Cherche-Midi. « Je suis fier de mon parcours. Maintenant j’ai réussi, mais j’ai connu la faim et je sais qu’il est impossible de travailler ou de se concentrer lorsque notre ventre est vide », confie-t-il.

Un constat qui l’amène, en décembre 2014, à récupérer les invendus de la journée dans un supermarché de sa ville, avec l’aide de bénévoles, afin de les redistribuer aux plus démunis. Arash Derambarsh et ses amis répèteront l’opération trois fois par semaine durant deux mois. « Chaque soir, on distribuait l’équivalent de 500 euros de nourriture mais c’est illégal, d’où l’idée de proposer une loi », poursuit l’élu.
Après avoir mis en pratique son idée pour lutter contre le gaspillage alimentaire sur le terrain de Courbevoie, Arash Derambarsh décide de faire du bruit. Il lance une pétition en janvier avec son « ami », l’acteur et réalisateur Mathieu Kassovitz. Alors qu’entre 20 et 40 kilos d’invendus sont jetés quotidiennement par chaque magasinle but de l’opération est simple : atteindre les 200 000 signatures afin de pousser les députés à adopter une loi contre le gâchis alimentaire. Aujourd’hui, plus de 175 000 personnes ont signé la pétition et les choses semblent bouger dans le bon sens. L’élu municipal a lancé une vidéo avec de nombreuses personnalités, dont le présentateur Antoine de Caunes et le footballeur Youri Djorkaeff. L’association lancée par le chanteur Bono, One, lui a également assuré son aide et présentera des propositions devant les Nations unies en septembre.

« Il y aura une loi avant l’été »

Arash Derambarsh se targue du soutien d’une quarantaine d’élus, dont les députés Xavier Bertrand (UMP, Aisne), Jean-Christophe Lagarde (UDI, Seine-Saint-Denis) ou Guillaume Garot (PS, Mayenne). Ce dernier, ancien ministre délégué à l’agroalimentaire, qui doit rendre un rapport au premier ministre, Manuel Valls, dans les prochaines semaines, a effectivement signé la pétition. Dans un commentaire qu’il y a joint, il s’engage à proposer une loi « écrite avec des élus de tous bords, tirant les leçons des multiples initiatives locales menées partout en France ».

Toutefois, le député socialiste ne partage pas les solutions proposées par Arash Derambarsh : « Il n’est pas le seul à proposer cela. Il est très présent dans les médias mais il ne s’y intéresse que depuis quelques mois ». Guillaume Garot ne croit pas à l’obligation du don qui provoquera des problèmes de stockage des aliments, et privilégie le levier de la défiscalisation. « Il y aura une loi avant l’été. Nous lui proposons une loi clé en main soutenue par une grande partie de la population, rétorque le Courbevoisien. Quant aux problèmes de logistique pour stocker les aliments, il y aura une entente avec les Restos du cœur ou d’autres pour utiliser leurs hangars. » Mais ces associations ont peur d’un afflux de marchandises qu’elles ne pourraient gérer.


Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Arash Derambarsh, Mathieu Kassovitz et les Gueules cassées au Grand Journal de Canal +   Leave a comment

http://m.canalplus.fr/?vid=1203115
Arash Derambarsh, Mathieu Kassovitz et les Gueules cassées au Grand Journal de Canal Plushttp://player.canalplus.fr/embed/?param=cplus&vid=1203115

Les Gueules cassées, Mathieu Kassovitz et Arash Derambarsh – Le Grand Journal du 23/01

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :

Arash Derambarsh et des personnalités lancent un clip pour dire « Stop au gaspillage alimentaire en France »   Leave a comment

Chers amis,
Nous venons de mettre en ligne une vidéo de soutien à ma pétition contre le gâchis alimentaire.
Dans cette vidéo
apparaissent à mes côtés le footballeur Youri Djorkaeff, l’animatrice Valérie
Damidot
, le présentateur Antoine de Caunes, les actrices Frédérique Bel, Emma
de Caunes
et Claire Keim, le rappeur et producteur Rost, la journaliste
Christine Kelly, le producteur Bruno Gaccio, l’animateur Sébastien Folin et
l’humoriste Kyan Khojandi.


Ces 11 personnalités font partie des plus de 180.000 signataires qui m’apportent un précieux soutien. 



Notre message est simple : ensemble, allons plus loin pour dire « stop au gâchis alimentaire » et obtenir cette loi.


Alors que je m’apprête
à remettre officiellement la pétition (lancée avec Mathieu Kassovitz) à l’Élysée le 7 avril prochain, c’est à
nous d’étendre la mobilisation et dépasser les 200.000 signatures.


Merci de cliquer ici
pour voir la vidéo et d’envoyer ce lien à tous vos amis par email, Facebook et
Twitter : www.change.org/StopGachis


Merci à tous !


Arash Derambarsh

Publié 25 avril 2015 par Arash Derambarsh - Courbevoie dans Non classé

Tag(s) associé(s) :